GCM
Contactez-nous
Sans frais: 1-800-465-4149
Courriel: info@cmg.ca
Réalisez des économies
Archives
#sauvonsTFO – Écrivez au CA de TFO
GCM  •   22 June 2018

Avec les compressions inquiétantes annoncées à TFO, il est urgent d’agir pour sauver le diffuseur public et éducatif francophone de l’Ontario.

Notre syndicat lance un appel à l’ensemble de la communauté : Joignons nos efforts pour demander au Conseil d’administration (CA) de TFO d’agir d’urgence et de prendre ses responsabilités pour remplir son rôle, qui est de veiller à la survie d’un TFO fort et dynamique au service du public francophone en Ontario et ailleurs au pays

Nous vous invitons à envoyer la lettre ci-dessous à la Présidente et aux Membres du CA de TFO dont les coordonnées sont également fournies ci-dessous. Vous pouvez bien entendu apporter des ajustements que vous jugez utiles au contenu afin d’envoyer une lettre qui vous correspond – l’important c’est de lancer cet appel à l’action, ensemble !

Puis-je vous demander également d’encourager vos proches, amis et connaissances à participer à cette initiative afin que nous soyons nombreux à faire entendre notre voix en faveur du diffuseur public éducatif dont nous nous sommes dotés collectivement.  

Avec mes meilleures salutations et en toute solidarité,
Kamala Rao
Présidente, La Guilde canadienne des médias, www.laguilde.ca

****

Lettre destinée au Conseil d’administration de TFO

Mme Carole Beaulieu
Présidente du Conseil d’administration de TFO
cbeaulieu@ocadu.ca

CC : Kip Daechsel (kip.daechsel@dentons.com); Marie Larose (marieflarose@gmail.com); Carole Myre ( carole.myre@cepeo.on.ca ); Donald Obonsawin (donaldobonsawin@rogers.com ); Isabelle Paquet (ipaquet@tfo.org); Michel Paulin; Jean-Jacques Rousseau admin@rwi-to.com )
Bernard Roy

Le 22 juin 2018

Objet : Demande immédiate d’action pour sauver TFO

Madame la Présidente du Conseil d’administration de TFO, Membres du Conseil,

Je vous écris pour vous demander d’agir d’urgence en votre qualité de Présidente et Membres du Conseil d’administration de TFO chargés de veiller au bien public qu’est TFO, le service médiatique dont le mandat premier est de servir et de refléter la communauté franco-ontarienne. Je vous demande de prendre les mesures suivantes :   

1. Annuler immédiatement les compressions dommageables que vient d’annoncer la direction de TFO et mettre un frein à toute nouvelle compression

2. Réinvestir dans les activités principales qui correspondent au mandat de TFO axé sur la production d’émissions et de contenus destinés au public d’ici

3. Renverser la tendance actuelle chez TFO qui consiste à couper les postes d’employés qui créent et produisent les émissions et les contenus, pour embaucher surtout des gestionnaires

4. Rendre publiquement des comptes à l’ensemble de la communauté francophone de l’Ontario en indiquant de manière concrète comment TFO compte la servir et en répondant franchement aux enjeux soulevés ci-dessous

5.Remplir votre rôle de Présidente et Membres du Conseil d’administration en vous portant à la défense de TFO tant auprès de la direction que publiquement, en faveur d’un diffuseur public et éducatif fort au service de la communauté francophone en Ontario et au pays.

En attendant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Madame la présidente du Conseil d’administration de TFO, Membres du Conseil, mes sincères salutations.

Si je lance aujourd’hui cet appel à l’action, c’est que j’ai appris avec consternation les décisions regrettables prises par la direction de TFO, notamment :

–De nouvelles compressions ayant un impact négatif direct sur les émissions #ONFR, 24.7, et MiniTFO que moi et mes proches dans la communauté francophone de l’Ontario apprécions particulièrement.De nombreux postes viennent d’être coupés, dont des journalistes, réalisateurs, animateurs, chroniqueurs, recherchistes, caméraman, et en coordination de production, à Ottawa, à Sudbury et à Toronto. Il s’agit là de compressions qui s’attaquent directement à la capacité des équipes de produire du contenu de qualité pour servir les Franco-Ontariens. 

Les compressions des deux dernières années avaient eu pour conséquence l’élimination des émissions BRBR et Carte de visite, et le retrait des émissions #onfr et 24.7 des ondes télévisuelles. Inutile de rappeler que beaucoup de communautés ontariennes n’ont pas accès à un service Internet haute vitesse, et que la télé reste donc un moyen efficace de servir la population partout dans la province.  

–Il n’y a plus de journaliste TFO pour couvrir l’assemblée législative à Queen’s Park, et TFO ne compte plus que trois journalistes en tout. Et pourtant, la direction de TFO vient d’annoncer trois nouveaux postes en marketing et en gestion.

Or, pendant ce temps, le président de TFO, Glenn O’Farrell s’est vu octroyer une augmentation de salaire de 35 % pour une rémunération totale de 331 997 $ en 2017. Les explications que vient de donner M. O’Farrell selon lesquelles cette hausse serait liée à des vacances non prises pendant de nombreuses années ne sont pas convaincantes, puisque les employés de TFO sont tenus de prendre toutes leurs vacances durant l’année – pourquoi y aurait-il une exception si inhabituelle pour M. O’Farrell.

En plus du président de TFO, 12 autres hauts gestionnaires de TFO figurent sur la liste des employés du secteur public qui ont touché un traitement de 100 000 $ ou plus en 2017. Leur nombre a augmenté au cours des dernières années, car seuls neuf membres de la direction de TFO figuraient sur cette liste en 2014. 

–Quelques membres du personnel de TFO qui se sont exprimés ces derniers temps ouvertement ou de manière anonyme par peur de représailles, ont par ailleurs souligné le manque – de la part de la direction de TFO – de priorité accordée aux intérêts et besoins de la communauté francophone en Ontario. Les décisions d’allocation de ressources tant humaines que financières révèlent un inquiétant manque d’intérêt envers le mandat premier de TFO en tant que média public et éducatif au cœur de la communauté franco-ontarienne.Au lieu d’appuyer la production de contenu audio-visuel destiné à la population francophone en Ontario et au pays, la direction oriente énormément de ressources vers des projets spéciaux comme le développement d’une technologie Blockchain et la création de laboratoires d’univers virtuel (LUV) que la compagnie tente de commercialiser par la suite en y consacrant de gros moyens. 

À la lumière des coupes dans la capacité de production de contenu pour notre communauté, on est en droit de se demander si ces décisions d’investir dans des projets d’une telle envergure sont judicieuses.

À mon avis, il est profondément malavisé de la part de la direction actuelle de TFO, de poursuivre des ambitions de conquête de marchés étrangers et d’innovations en marketing numérique en nous délaissant, nous, public franco-ontarien qui nous sommes battus pour obtenir TFO, dont nous assumons par ailleurs le financement.

Jusqu’ici, personne à la haute direction de TFO n’a pris la responsabilité pour cette gestion préoccupante des deniers publics.

Les dirigeants de TFO disent avoir été au courant des tendances à la baisse des revenus des câblodistributeurs et de la stagnation du financement provincial, mais rien n’indique que les décisions qu’ils ont prises aient été conformes à ces conditions et donc à une saine gestion des finances publiques.

–Avec les changements actuellement en cours dans le paysage médiatique, les médias de service public et éducatif comme TFO sont appelés à renforcer leur vocation première qui est de servir et de refléter les collectivités locales qui comptent sur eux pour se faire une place dans le paysage audio-visuel avec des émissions d’information et culturelles de qualité qui leur ressemble, que ce soit à la télévision ou en ligne.

En attendant une réponse rapide de votre part, je vous prie d’agréer, Madame la présidente du Conseil d’administration de TFO, Membres du Conseil, mes sincères salutations.

(Signature de la personne qui envoie la lettre)

– fin –

 

Tags:   
Bookmark and Share
© 2000- GCM