GCM
Contactez-nous
Sans frais: 1-800-465-4149
Courriel: info@cmg.ca
Réalisez des économies
Archives
Reprézentan’
GCM  •   1 mars 2007

On l’a fait! Le dimanche 4 mars dernier, les travailleurs des médias de la GCM membres de la communauté noire se sont réunis pour la première fois, afin de célébrer notre héritage et notre travail. Cette fête accompagnée de musique, nourriture, poésie, table d’arts pour les enfants et tirage de livres et de DVD par des auteurs et cinéastes noirs – fut appréciée de tous, et beaucoup ont souhaité répéter la formule l’an prochain.

L’événement était organisé par des membres du Comité national sur l’équité et les droits de la personne, et tous les membres de toutes les sous-sections – de même que le personnel de la GCM – étaient invités. L’objectif était de créer un événement culturel, dans le contexte de la Guilde, où les gens pourraient venir avec les enfants et les amis, se détendre, jaser, et surmonter leurs différences. Un merci spécial à Dayo Kefentse pour ses efforts, ainsi qu’à Wendyanne Comer pour son soutien.

Nous avons amassé 100 $ pour la bourse d’études Archie Alleyne Jazz Scholarship et la même somme pour le Regent Park Focus Youth Media Arts Centre, et trouvé une nouvelle façon de développer la solidarité entre notre travail et notre syndicat, nous-mêmes et nos communautés. Nous avons filmé l’événement, et au cours des prochaines semaines, ne manquez pas quelques faits saillants de cette fête sur le site Web de la Guilde.

Ce qui étonne avec une telle célébration, c’est de constater que l’organisation de l’événement en soi a été aussi importante que son déroulement. Le simple fait d’identifier et de contacter nos membres de la communauté noire nous a permis de constater non seulement pour qui nous travaillons, mais aussi à quel point les gens disparaissaient. Les commentaires des membres trahissent une triste réalité. On nous disait « je n’ai personne en tête, celui que je connaissais a quitté » ou encore « j’y pense, son contrat est terminé et elle travaille maintenant dans un autre domaine…il était frustré et a pris un emploi qui valorise ses opinions… elle avait beaucoup de talent, mais on ne lui offrait rien à long terme… elle n’allait nulle part à son poste, mais elle est maintenant appréciée ailleurs comme journaliste… » et la liste s’allonge.

En fin de compte, nous avons réussi à accueillir un groupe imposant et diversifié de participants à l’événement torontois. Et pour tous ceux et celles qui n’ont pu y assister, voici les faits essentiels de la première célébration annuelle de l’histoire des Noirs de la Guilde.

Pourquoi des travailleurs des médias membres de la communauté noire? Pourquoi l’histoire des Noirs?

Dans un pays aussi vaste et diversifié que le Canada, les médias jouent de nos jours le même rôle que le chemin de fer il y a plus d’un siècle – celui d’un instrument d’unification nationale, qui nous permet de nous connaître et de nous identifier ensemble.

C’est un instrument très puissant. Pensez aux nombreux endroits où la télévision et la radio peuvent diffuser et être captés au Canada, et dans les pays où nous n’irons peut-être jamais. Prenons la Somalie. Les médias peuvent mettre en rapport des Somali-Canadiens de Yellowknife avec d’autres vivant à Toronto, et n’importe qui entre les deux. Il peut informer ces deux groupes et le public en général sur les événements en Somalie, et même s’interroger sur l’intervention du gouvernement canadien dans le dossier…tout cela la même journée. Avec le temps, les médias peuvent présenter un portrait, par leurs recherches répétées et sous différents angles, de l’histoire, diversité, langues et traditions littéraires riches de ce pays et la région. Ils peuvent aussi constater comment les citoyens de ce pays sont comme nous – ils partagent tous le désir d’un monde sain et en harmonie pour élever nos enfants. Mais est-ce le cas?

Quel sens d’identité, de culture et de cause communes transmettent les médias canadiens? Et QUI sont ces médias? Sommes-nous tous des participants? Sommes-nous tous impliqués? Pouvons-nous tous raconter notre histoire et celles des autres? Pouvons-nous connaître et comprendre les autres de la façon dont nous voulons l’être nous-mêmes? Ou dans ce cas-ci, est-ce que cette approche « commune » signifie seulement le plus bas dénominateur commun?

La Guilde canadienne des médias intensifie son rôle sur la scène nationale des médias. Nous pensons globalement, tout en reconnaissant que nous devons d’abord agir localement. Toronto regroupe la plus importante communauté noire au pays. On y retrouve des descendants des premiers esclaves amenés ici par les Anglais et les Français, mais aussi les enfants et petits-enfants d’immigrants des Caraïbes et d’Amérique latine, ainsi que les familles élargies d’immigrants et d’exilés venus de partout en Afrique.

Mais quelle est notre place dans le syndicat, ou en termes d’effectifs, ou encore dans l’ensemble des médias canadiens?

En Amérique du Nord, les artistes et interprètes noirs sont reconnus parmi les meilleurs. En tant que communauté, nous en sommes fiers et reconnaissons le talent et l’amour des artistes dans notre propre milieu – des artistes comme Joe Sealy et Archie Alleyne – qui nous aident à conserver notre équilibre. La musique a construit des ponts, soigné nos esprits et inspiré l’espoir lors de certains moments les plus pénibles de notre histoire collective…et continue de le faire alors que nous recherchons l’égalité des chances dans la société canadienne.

Mais la musique n’est pas tout. Nous sommes aussi écrivains, poètes, et travaillons fort pour rendre notre travail agréable. Aussi, nous organisons et luttons comme syndicalistes en vue d’améliorer le bien-être collectif. Nous posons aussi des questions et sommes témoins du vaste monde qui nous entoure – occupant notre place comme participants à part entière et de droit dans le projet social du Canada ainsi que la diaspora.

Lors de la fête du Mois de l’histoire des Noirs de la GCM, les poètes Boona Mohammed et Miss Ebony nous ont révélé tout le génie de l’esprit de la prochaine génération. Ils nous mettent au défi, nous charment et nous enseignent…allons-nous leur donner leur chance? L’écrivain spécialisé Rinaldo Walcott, sur les épaules de W.E.B. DuBois et Langston Hughes, nous a rappelé notre plus grand héritage oublié, en tant que travailleurs des médias – que ce furent nos collègues en Angleterre, dans les journaux et les presses à imprimer, qui se sont insurgés contre l’esclavage il y a deux siècles. Ensemble avec des esclaves libérés, des législateurs et des citoyens, il ont aidé à mettre fin en mars 1807 au premier holocauste de l’histoire – le commerce transatlantique des Africains. Il nous a mis au défi de connaître nos origines, comme travailleurs des médias, afin de savoir où nous devons vraiment aller.

Heather Rowe, membre de la Guilde et déléguée syndicale, a présenté son témoignage devant ses enfants et les spectateurs. Un témoignage empreint de générosité et d’ouverture, sur sa volonté d’ouvrir ses oreilles, son cœur et son esprit pour appuyer ses collègues à chaque jour. Dans les faits, elle a justement parlé de ce que nous étions venus célébrer.

Et finalement, le producteur et rédacteur Desalegn Eyob s’est joint à nous d’Éthiopie, par le biais de son lieu de résidence à Toronto, où il vit comme journaliste en exil. Avec grâce et dignité, il a présenté le reflet de notre secteur et de notre syndicat, se demandant pourquoi, au Canada, ce miroir ne reflète ni son image, ni celle de ses collègues formés à l’étranger?

Sa perte en tant que professionnel est aussi la nôtre en tant que syndicat, et à titre de nation dans ce monde globalisé. Ce qu’il pourrait acquérir à pratiquer son métier avec nous ne pourrait que profiter à tous.

Pour le plaisir de passer un bon moment en agréable compagnie, et avoir un aperçu de tout le potentiel que nous cultivons en vue de le libérer, beaucoup sont venus célébrer avec nous le 4 mars dernier. Membres de la Guilde, parents, amis et communauté de toutes origines – nous étions ensemble pour démontrer que nous formons une grande famille. Et ce fut un événement inoubliable.

Visitez régulièrement notre site Web: www.cmg.ca/humanrightsFR.shtml.

Datejie Green
Directrice nationale, Équité et droits de la personne

Bookmark and Share
© 2000- GCM