GCM
Contactez-nous
Sans frais: 1-800-465-4149
Courriel: info@cmg.ca
Réalisez des économies
Archives
Voici le nouveau comité exécutif national de la Guilde
GCM  •   1 décembre 2007

L’élection nationale de l’automne de la Guilde a permis de former une nouvelle équipe enthousiaste à l’idée de défendre les intérêts de leurs collègues et de faire progresser leur syndicat. Leur mandat de trois ans débute le 1er janvier 2008. Dans cette édition de La Force-G, nous vous présentons neuf des membres du nouveau comité exécutif national. Certains sont nouveaux, d’autres sont de retour pour un nouveau mandat. Nous vous présenterons les membres qui restent lors du prochain numéro.

Scott Edmonds, vice-président du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Je me suis mêlé la première fois d’affaires syndicales avec The Newspaper Guild alors que j’étais un membre du syndicat nouvellement formé au Winnipeg Free Press. J’étais aussi actif au sein du comité de négociations. Ma mère était organisatrice syndicale et la première présidente de son syndicat au Service des finances d’Air Canada. Je crois qu’il est tout à fait naturel pour moi de travailler avec mes collègues afin d’atteindre nos objectifs. Je suis membre du CÉN depuis le début des années 1990 et je suis actif au niveau international depuis plus de 10 ans en tant que vice-président du Syndicat des communications d’Amérique.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN?
Le CÉN est le lien entre le personnel, l’exécutif et les membres du syndicat. Il doit prendre des décisions qui vont nous préparer à faire face aux changements dans l’industrie. Le Comité doit exécuter les différents mandats qui sont confiés par les membres. Il faut une vision d’ensemble et s’assurer de voir venir toutes les éventualités. Il doit ensuite planifier et attribuer les ressources nécessaires à la réalisation des mandats. C’est lui qui s’assure que les cotisations des membres sont dépensées de façon responsable afin de faire avancer les intérêts présents et futurs des travailleurs.

Rick Basarke, trésorier du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Ma première expérience a eu lieu lors de la grève de 1989 (à la CBC) alors que j’aidais le trésorier à garder et à distribuer les 80 000$ que nous avions pour payer les membres sur le piquet après une semaine de grève. Je me suis ensuite présenté et j’ai été élu au comité exécutif de ma sous-section. Je faisais partie du comité exécutif national du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) à la CBC au moment de la fusion avec la GCM. Je suis trésorier depuis ce temps.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? De renflouer les coffres du fond de grève de la Guilde d’ici mars 2009, date à laquelle expire la présente convention collective à CBC/Radio-Canada. Si on se fie au passé, nous aurons besoin de beaucoup de ressources en vue de la négociation d’une nouvelle entente. Si nous amorçons ce processus avec des coffres vides, l’occasion sera belle pour la direction de CBC/Radio-Canada d’écraser le syndicat.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN?
De surveiller les affaires du syndicat et d’autoriser les actions dans l’intérêt des membres.

Gérard Malo – directeur des affaires francophones, CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Mon engagement au sein de la Guilde remonte aux années 80, alors que je travaillais à Radio-Canada Vancouver. Le « cadenas » de l’été 2005 a été pour moi un catalyseur, en ce sens que j’ai senti le besoin de m’engager à un niveau décisionnel dans un syndicat qui prend bien soin de ses membres. J’ai été élu au CÉN sans opposition au début 2006 à l’occasion d’ une élection partielle.

Quel est l’aspect le plus important de ton rôle de directeur des affaires francophones ? Mon but est de servir notre communauté syndicale, mais toujours en me demandant si les membres de langue française sont bien servis par les positions que je prends ou par la façon dont je vote. Mon objectif ultime est de contribuer à améliorer la qualité de la gestion de la Guilde, à mousser la *solidarité * et à m’assurer que la Guilde soit vraiment le syndicat bilingue qu’elle prétend être.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Contribuer à augmenter le rayonnement de la Guilde, en entretenant des relations amicales avec les autres syndicats en général, mais tout particulièrement avec ceux des médias. Parallèlement, je veux continuer à initier ou à contribuer à des exercices de mobilisation dans les sous-sections qui comptent des membres de langue française, notamment CBC/Radio-Canada, La Presse Canadienne, TFO, l’Agence France-Presse et CJRC à Gatineau.

Brendan Elliott, directeur des nouveaux membres CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Je me suis intéressé aux affaires syndicales lorsque j’ai participé à la Conférence de la Guilde sur les jeunes et la relève. C’est aussi à cette époque que j’ai suivi une formation offerte par le syndicat. J’ai découvert qu’il est rare pour un jeune de s’impliquer dans son syndicat. Comme les baby boomers sont sur le point de prendre leur retraite, le syndicat a besoin de plus de jeunes comme moi qui sont prêts à prendre le flambeau. Je siège au CÉN depuis 2004.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? D’inciter plus de nouveaux membres et de membres plus jeunes à devenir des militants au sein de la Guilde.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN?
D’être à l’écoute des membres et de solliciter leur opinion au sujet des grandes questions qui touchent leur syndicat. Nous prenons des décisions qui ont des répercussions directes sur les finances du syndicat. De plus, nous prenons des décisions qui sont, je l’espère, cohérentes avec les souhaits de nos membres. Alors le seul moyen de savoir si ces décisions reflètent les préoccupations de nos membres, c’est de rester en contact direct avec eux et de les consulter.

Elaine Janes, vice-présidente de la sous-section CBC/Radio-Canada et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagée dans les affaires syndicales et pourquoi ? Pour être honnête, au même moment où je me plaignais. En 2003, le président de la Guilde à la CBC à Halifax, Brian Nordlund, est venu me voir et il m’a encouragé à aider la Guilde en vue du vote au sujet de la fusion des syndicats à CBC/Radio-Canada. J’ai ensuite représenté des membres au comité exécutif à Halifax. Je me suis sentie frustrée par la relation entre la direction et le syndicat. J’en ai profité pour me joindre au Comité national des griefs car j’avais décidé que le temps était venu pour moi de contribuer et de m’assurer que mes collègues allaient se faire traiter avec respect et de façon équitable.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Aider les membres à devenir plus conscients de l’existence du syndicat à la CBC et de faciliter la communication entre les élus et les membres du syndicat.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN? J’en suis à mes débuts au CÉN, mais il me semble que la chose la plus importante est la gestion des ressources financières du syndicat de façon responsable car elles proviennent des membres du syndicat.

Terry Pedwell, président de la sous-section de La Presse canadienne et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Je suis une recrue dans le monde syndical. J’ai toujours appuyé mon syndicat, mais je me suis impliqué davantage l’an dernier. J’ai senti qu’il y avait un besoin pour du sang neuf pour aider lors des négociations qui ont connu beaucoup de succès. Je me suis senti interpellé afin que je contribue de nouvelles idées et mon expérience à travailler avec la direction.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Je veux encourager les membres des sous-sections à contribuer à la Guilde. Nous avons un bassin exceptionnel de ressources dont nous pouvons profiter. Mais parfois, il faut aller vers les membres et les inciter à se joindre à nous.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN? Il sert de point de rassemblement d’idées et il est le rappel de toutes les bonnes raisons qui justifient la présence de la Guilde dans nos lieux de travail.

Ka Yan Ng, président de la sous-section Reuters et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagée dans les affaires syndicales et pourquoi ? Je suis active depuis un peu plus d’un an au sein de l’exécutif de ma sous-section. C’est le président sortant, Rick Franolla, qui m’a suggéré de remplacer le vice-président au contenu alors que ce collègue était affecté à l’étranger. J’ai participé en 2006 au congrès de la GCM et j’ai suivi une formation de la Guilde. Ces deux événements m’ont ouvert les yeux sur l’importance de participer activement à la Guilde.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Informer et aider les membres, raviver l’intérêt des membres qui sont démobilisés et développer de la cohésion au sein des troupes.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN? C’est une très bonne question. Je dirais que c’est la tâche d’élever le niveau de conscience des membres. Si un membre comprend ce que la Guilde fait par lui, ça pourrait l’inspirer à agir.

Jean-Marc Dufresne – président de la sous-section de la radio privée et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? J’ai commencé à m’impliquer dans l’exécutif syndical de CJRC (station de radio à Gatineau) vers 1993. À l’époque, nous vivions une restructuration au sein de l’entreprise qui nous a fait perdre la moitié du personnel de la station. J’ai ensuite voulu assumer la présidence du syndicat, principalement pour éviter que notre groupe de salariés ne soit dirigé par un ou deux individus qui souhaitaient obtenir le poste à des fins personnelles. Depuis plusieurs années maintenant, les relations entre le syndicat et l’employeur sont saines et constructives !

Quel est la tâche la plus importante du CÉN ? De prendre le pouls de l’ensemble des groupes qu’il représente afin d’être proactif dans l’appui aux membres, efficace dans ses décisions et flexible dans ses orientations. Vient ensuite son devoir d’évoluer de manière concurrentielle face aux autres centrales syndicales, par les services qu’il offre et le recrutement de nouvelles unités. Enfin, le CÉN doit aussi s’obliger à réfléchir et s’impliquer au besoin dans les grandes questions qui touchent les travailleurs des médias.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Créer un plan d’action pour identifier, rencontrer et intéresser les travailleurs des stations de radio privée non syndiquées qui auraient intérêt à connaître les services offerts par la Guilde. Je devrai donc me familiariser dans un premier temps avec les rouages et les priorités de la Guilde pour mener à bien cette opération.

Rob VanSickle, président de la sous-section S-Vox et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Les entreprises peuvent parfois oublier que leurs employés sont des êtres humains au lieu de simples numéros. Je reviens à un poste de dirigeant syndical (Rob a aidé à syndiquer ses collègues d’Alliance Atlantis à l’époque où il y travaillait) après un peu plus d’un an à S-VOX parce que la sous-section avait la réputation de ne pas être à l’écoute de ses membres. Je crois que je suis capable de changer cette réputation en incitant le plus de membres possible à se mêler des affaires courantes de leur syndicat.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Donner plus d’élan au syndicat. Nous avons une convention collective, mais nos membres ne savent pas comment en tirer profit. Le comité exécutif de notre sous-section doit tendre la main aux membres afin que la direction de l’entreprise entende leur voix. Il nous faudra aussi développer une camaraderie parmi les troupes si nous voulons une sous-section solide.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN? De faire entendre la voix des membres des sous-sections aux membres de toutes les autres sous-sections de la Guilde.

David Hawkins, président de la sous-section TVO/TFO et membre du CÉN
Quand vous êtes-vous engagé dans les affaires syndicales et pourquoi ? Lors de la campagne de 1999 pour syndiquer des employés de TVOntario, j’ai été approché pour savoir si j’étais intéressé par un poste à l’exécutif lorsque la Guilde deviendrait notre syndicat. J’ai accepté immédiatement. Pendant des années, j’ai été témoin d’abus à TVOntario et ailleurs aussi. À ce moment, j’avais travaillé à contrat depuis 27 ans pour seulement deux employeurs. C’est bien loin de la vie de pigiste. En tant que père de 2 enfants, j’en avais assez d’être privé d’avantages sociaux et d’être mis à pied à tous les étés. Je n’avais d’autre choix que sacrifier les vacances car je devais trouver du travail à contrat. J’en avais assez.

Quelle sera votre priorité lors de ce mandat de 3 ans? Rencontrer tous les membres de TVO / TFO et connaître leur nom et leur visage; conclure les négociations de notre 3e convention collective; inciter les membres à se joindre au rang des militants syndicaux et mettre sur pied un plan de succession.

Quelle est la tâche la plus importante du CÉN? Améliorer la cohésion du syndicat et augmenter notre efficacité au niveau local en étant branché sur les questions qui préoccupent le plus nos membres. Pour cela, il faut profiter des connaissances et de la sagesse de nos sous-sections. Ensuite établir une direction claire pour les membres et allouer les ressources nécessaires à la réalisation de nos projets prioritaires (l’organisation, la mobilisation, la formation, le renforcement des sous-sections et le lobbying politique).

Étiquettes : ,   
Bookmark and Share
© 2000- GCM