GCM
Contactez-nous
Sans frais: 1-800-465-4149
Courriel: info@cmg.ca
Libération syndicale et voyages
Réalisez des économies
Archives
Campagne JournalismIs: 5 questions avec la porte-parole Mary Agnes Welch
GCM  •   17 juillet 2015

MAW5 Questions sur le journalsime avec Mary Agnes Welch

Q 1: Pourquoi cette campagne ?

Parce que le moment est crucial. Le journalisme vit une transition et il est vraiment important d’attirer l’attention sur le fait que les journalistes font un travail vital dans notre pays, dans nos collectivités et à l’échelle mondiale. Nous voulons rappeler aux gens que malgré tous les changements – merveilleux et moins merveilleux – nous avons besoin d’un journalisme professionnel, indépendant et de qualité si nous voulons que notre démocratie fonctionne.

Q2: Certains disent que l’essor des médias sociaux a remplacé le journalisme, qu’en pensez-vous ?  

Je crois que même les partisans les plus enthousiastes des médias sociaux reconnaissent aujourd’hui les limites du journalisme citoyen. Je ne pense que nous puissions remplacer les fonctions fondamentales de fouiller et d’enquêter sur des sujets, d’établir les sources et de vérifier l’information, et de veiller à ce que le public soit tenu informé par des personnes indépendantes qui ont le temps et les ressources pour faire le travail. Cela dit, les médias sociaux rehaussent ces aspects et je croix qu’ils alimentent le journalisme de façons très enrichissantes. Les médias sociaux ont révolutionné la manière dont nous communiquons avec les Canadiens et comment ils communiquent avec nous, et ils nous ont rendu beaucoup plus redevables, ce qui ne peut jamais nuire.       

Chantal Hébert et Mary Agnes Welch

Chantal Hébert et Mary Agnes Welch

Q3: Dans quelle mesure ête-vous préoccupée par la crise actuelle dans le financement du journalisme ?  

Très préoccupée. Le travail que font les journalistes ne peut être effectué au niveau désiré sans financement approprié. Cela prend du temps, les bons outils et la bonne formation, de l’expérience et des fonds, que ce soit dans les médias de service public que les médias appartenant aux privés. J’espère que cette campagne aidera à mettre en lumière ce qu’il faut pour produire constamment des reportages de grande qualité, et que le financement viable est un facteur important.

Q4: Vous avez dit que les journalistes ne parlent pas  suffisamment du travail qu’ils font, qu’aimeriez-vous qu’ils fassent ?

En tant que journalistes, nous ne parlons que de journalisme. Tenez-vous en compagnie de n’importe quel-lle journaliste et ils n’arrêteront pas de parler des reportages sur lesquels ils travaillent, ce qui s’est passé dans le « scrum » ce jour-là, quels journalistes ils admirent et lesquels sont plutôt moyens.  Nous sommes assujettis en fait à un code d’éthique très sophistiqué et nous nous plaignons tout le temps de ce qui violent ce code. Mais nous ne parlons de tout cela qu’entre nous. Il faut que nous ayons cette conversation avec les Canadiens. La manière dont nous travaillons est un peu mystérieux pour la plupart des gens. Nous devons parler de ce qu’il faut pour créer du bon journalisme et parler aussi de ce que les gens sont en droit d’attendre de nous. Nous aurions dû faire tout cela depuis longtemps, mais c’est surtout important maintenant.

Q5: Que dites-vous aux jeunes qui envisagent se lancer dans ce domaine

Carmel Smyth et Martin O'Hanlon

Carmel Smyth et Martin O’Hanlon

Il n’ y a tout simplement pas de travail qui soit plus intéressant. Si vous vous ennuyez en tant que journaliste, vous vous y prenez mal. On  abandonne beaucoup de choses pour être journaliste. On ne peut pas être actif politiquement. On doit faire attention pour conserver son indépendance. Vous n’allez jamais gagner d’énormes sommes d’argent.  Vous n’aurez jamais une véritable sécurité d’emploi. Certains jours l’incroyable absurdité des interactions avec le gouvernement est tout simplement ridicule. Mais vous êtes aux premières loges de tous les aspects du monde  – les petites choses comme un  matin dans une garderie d’un centre-ville et les grosses choses comme la fin de la dynastie conservatrice en Alberta. Et ce faisant, en essayant de mettre en lumière des problèmes, il se peut que vous rendiez les choses un tant soit peu meilleures, un peu plus justes dans votre ville ou province.

WelchMary Agnes Welch est journaliste en politique publique au Winnipeg Free Press, et porte-parole de la campagne JournalismIs

Pour en savoir plus : Visitez le site Web de la campagne JournalismIS.ca

Étiquettes :   
Bookmark and Share
© 2000- GCM