GCM
Contactez-nous
Sans frais: 1-800-465-4149
Courriel: info@cmg.ca
Réalisez des économies
Archives
Fiers travailleurs médias Autochtones, membres de la Guilde – Sarah Leonardis et Charmaine Straker
GCM  •   20 juin 2020

Chaque année, nous célébrons la Journée nationale des peuples autochtones avec les nombreux membres des syndicats qui proviennent de communautés autochtones d’un peu partout au pays.

Cette Journée est particulièrement significative cette année à la lumière des manifestations massives dans les collectivités, grandes et petites, organisées pour dénoncer le racisme anti-Noir et le racisme contre les Autochtones.  C’est un moment important marqué notamment par des histoires courageuses de travailleurs des médias qui partagent leurs expériences personnelles du racisme systémique au travail et dans la vie.

Nous voulons faire partie de la solution et favoriser une meilleure compréhension. Au cours des quelques prochaines publications, vous aurez l’occasion de faire la connaissance de certains de nos collègues Autochtones.

Carmel Smyth
Présidente nationale, Guilde canadienne des médias

 

 

 

Sarah Leonardis
Traductrice à
 CBC
Yellowknife

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui je suis et ce que je fais, en quelques mots

Je suis Inuit et je vis et travaille à Yellowknife depuis 35 ans, mais je suis originaire du Nunavut. Je parle et j’écris en inuktitut, ce qui me permet de traduire les nouvelles en inuktitut pour les Inuits unilingues du Nord.

Il est également très important pour les peuples Autochtones de servir les auditeurs du Nord, car ils comptent surtout sur la radio et la télévision pour se tenir au courant de ce qui se passe au pays et dans le monde. Il est essentiel de préserver nos nombreuses et différentes langues autochtones, qui sont en train de s’éroder progressivement

 Pour celles et ceux qui aspirent à travailler dans les médias 

J’encourage la jeune génération à se lancer dans le travail médiatique, car une très bonne façon de s’impliquer dans les langues et de maintenir un lien avec le public.

Vivre avec la pandémie

Tout a changé radicalement dans notre vie quotidienne à cause de la pandémie. Jusqu’à présent, j’ai la chance de pouvoir encore me rendre physiquement sur mon lieu de travail et d’interagir avec les quelques personnes qui sont toujours au bureau. Au milieu de ces changements, continuons à travailler dur et à maintenir le lien avec nos concitoyens et gardons nos langues fortes et dynamiques.

 

 

 

 

Charmaine Straker
Réalisatrice associée à APTN
Winnipeg


 

 

 

 

Qui je suis et ce que je fais, en quelques mots

J’ai grandi dans la Nation des Cris de Norway House et j’ai déménagé à Winnipeg au début de mon adolescence.

Curieusement, je n’avais pas prévu de me retrouver à la télévision. Au départ, je voulais me lancer dans le cinéma. Un jour, ma mère a trouvé une publicité pour une école de radiodiffusion autochtone, et je me suis dit que j’allais l’essayer, et c’est comme ça que je me suis retrouvée dans cet univers.

Je veux me porter à la défense d’une plus grande mise en valeur du talent des jeunes. Nous avons tellement de gens qui sont passionnés de sport et d’autres domaines, et j’aime l’idée de montrer ce que font nos jeunes, et les différents parcours qu’ils ont suivis pour arriver là où ils sont.

 Pour celles et ceux qui aspirent à travailler dans les médias 

Les travailleurs Autochtones sont trop peu nombreux dans les médias. Lorsque les journalistes des médias locaux couvrent les Autochtones sans nécessairement connaître le sens de ce qu’ils couvrent – qu’il s’agisse de pratiques culturelles ou encore de la vie dans les réserves, ça se voit. Même moi j’ai encore beaucoup à apprendre à ce sujet.

Vivre avec la pandémie

C’est vrai que la pandémie a nui à tous les égards Je connais beaucoup de gens qui ont été à pied. J’ai plus de chance que d’autres car j’ai toujours un emploi, je vais toujours travailler et je ne suis pas confinée à la maison. Sur le plan personnel, les activités sociales que je fais normalement, comme traîner avec mes amis et jouer au football, me manquent terriblement.

 

 

Bookmark and Share
© 2000- GCM